Tour de Bretagne : Jour 8

Tour de Bretagne : Jour 8

Départ de Île De Stagadon, arrivée à Berthaume Plage
Distance parcourue : 52,8 km
Temps d’effort : 10h06

Je me réveille avec un peu d’avance. J’ai bien dormi bercé par les lumières du phare. Je sors de la tente et deux gamin me courent après « Monsieur, monsieur ! Vous voulez venir prendre le petit dej avec nous ? » L’occasion est trop belle, j’attrape une veste et on y va.

Discuter avec des jeunes, c’est déjà top, mais discuter avec une classe de 6eme bilingue en breton du lycée du Pays des Abers et Côte des Légendesen sortie scolaire sur l’île de Stagadon… c’est génial !

Je leur explique mon projet, mes motivations et les buts recherchés. Les profs ont l’air ravis et nous décidons ensemble de mettre en place des programmes éducatifs pour le mois de septembre. Trop content de ce petit dej imprévu, mon heure de retard en valait la peine !

J’attaque ma grosse journée sous la brume, épaisse comme une purée de pois : je n’y vois rien. J’utilise un compas et un GPS pour m’y retrouver. Cela ne m’empêche pas de prendre trop au sud deux reprises. Je dois ressortir des anses dans lesquelles je me suis laissé embarquer.

Au final, je n’avance pas trop mal. L’eau et plate et le courant contraire assez faible, mais je n’y vois rien et ça ça pèse sur le moral ! 20 km sans visibilité, c’est long. Je me retrouve face à une immense balise tribord, que je ne distingue qu’à 30 mètres !

Arrivé non loin du Phare du Four je sors enfin de la brume. Le soleil tape même si la brise reste très fraîche. J’ai Corentin au téléphone, le créateur de la marque de cosmétique Bivouak. « Je je dois être l’un des hommes les plus au frais de France » me dit-il.

 

 

L’heure tourne et je m’inquiète de ma vitesse peu suffisante pour rattraper mon retard.

Je vois le Cross CORSEN (centres régionaux opérationnels de surveillance et de sauvetage). C’est bon signe, mais je reste tout de même à 15km de la Pointe Saint-Mathieu que je dois à tous prix avoir passée avant 18h pour ne pas être face au courant. J’arrive devant l’anse des Plage Des Blancs Sablons, où j’ai débuté le surf. Je suis plus loin de réussir alors je m’empresse d’appuyer encore plus fort sur la pagaie. Je passe Saint Mathieu avec une petit houle dans le dos et un beau soleil. J’ai comme le sentiment d’arriver au pays.

Julien Moreau – Eco Aventurier m’encourage fortement à pousser jusqu’à Brest, et il n’a pas tord. Je ne risque pas grand chose si je longe la côte sans passer le chenal avec les supertankers. Pourtant, au moment de passer le fort de Bertheaume, je me prends un vent de face dantesque, la brise thermique de fin de journée me ralentit énormément. Je lutte plus de 40 minutes pour traverser l’anse de Bertheaume.

Je comprends alors que le vent prévu pour le lendemain est déjà installé et que je ne pourrais pas finir les 20 km qui me séparent de l’arrivée dans des conditions sécurisées. Autant dîner sur place ce soir et repartir très tôt demain matin afin d’être à l’heure pour mon interview avec Le Télégramme Brest prévue dans le centre de Brest.
#DeboutPourMaPlanète

No Comments

Post A Comment

*

code