Tour de Bretagne : Jour 7

Tour de Bretagne : Jour 7

Départ de Santec, arrivée à l’Île De Stagadon
Distance parcourue : 43,75km
Temps d’effort : 8h47

Je croise Thomas le patron du Beach Camp Thomas Wok chez qui j’ai mangé la veille. Il m’invite à prendre le petit déjeuner. Des moments comme ceux-là enrichissent l’aventure et donnent du sens au partage, ça redonne des forces !

Les conditions du jour ne semblent pas trop exigeantes. Direction la Plage De L’île Vierge – Morgat dont j’ai toujours admiré le phare immense, depuis mes stages de voile à l’Aber Wrac’h. Il fait notamment partie des plus hauts de Bretagne. Je n’y avais jamais mis les pieds avant, alors je ne perds pas de temps et fonce.

Je croise quelque phoques timides et durs à approcher. Je profite du paysage, aussi beau que monotone, ça change des falaises de Bréhec, Bretagne, France.

Lorsque j’arrive enfin devant le phare, je suis vraiment content d’y être et je me sens privilégié de pouvoir y dormir mais je comprends rapidement que le phare est en travaux pour réhabilitation, destiné à des séjours de luxe. Des ouvriers dorment sur l’île et, contrairement à moi, n’ont pas l’air tout à fait prêts à se coucher. Je mets quand même pied à terre pour aller voir ce monument de plus prêt puis le panorama qui se cache derrière. Je découvre alors une immense étendue recouverte d’oiseaux. Il est clair que je ne dormirai pas là ce soir.

A quelques kilomètres de là, le Père Jaouen a un refuge sur l’île de Stagadon avec une belle plage, parfaite pour y passer la nuit. En posant le pied sur l’île, j’y découvre une tribune de collégiens qui vadrouille sur l’île tandis que leur prof leur prépare le repas du soir. Je leur demande la permission de bivouaquer sur la plage. Coup de chance, les profs sont top et m’autorisent à dormir là.

 

 

Au repas ce soir, c’est lentilles corail à l’indienne, cuisinées et déshydratées par mon petit frère. Après une averse, je cours vers l’autre bout de l’île pour assister au coucher de soleil.

 

« C’est un spectacle incroyable qui s’offre à moi. Un ciel en feu sous une épaisse couche de nuages sombres au milieu des oiseaux marins. »

 

 

Je fais quelques photos face au phare et finis de manger jusqu’à l’invasion de puces de mer qui ont pris soin de coloniser ma tente en mon absence.

Demain je me lance un énorme défi, celui de rejoindre le port de plaisance au fond du goulet de Brest.

 

 

En théorie, 65km sont prévus en une journée avec le passage de la pointe Saint Mathieu. Il ne va pas falloir traîner.
#DeboutPourMaPlanète

No Comments

Post A Comment

*

code